Guinée

  Photo: OMS

La Guinée poursuit ses efforts de planification dans le cadre de la relance et la résilience du système de santé

13 October 2015

« … Dans ce processus, nous avons bénéficié du soutien constant de l’OMS grâce au Partenariat avec l’UE sur le Dialogue politique. Quand on voit le travail abattu malgré le contexte difficile lié à l’épidémie de maladie à virus Ebola, on ne peut être que fiers des résultats obtenus. »  

Dr M-L Yansané, Conseiller politique du Ministre de la Santé en Guinée, Kindia, septembre 2015. 

Grâce au soutien apporté dans le cadre du Partenariat Union européenne-Grand-Duché de Luxembourg et Organisation mondiale de la Santé pour la couverture sanitaire universelle, la Guinée avait entamé avant la crise de la maladie à virus Ebola (MVE) un processus de révision de sa politique nationale de santé et d’actualisation de son plan national de développement sanitaire (PNDS) sur base des Etats Généraux de la Santé tenus en juin 2014. La crise liée à l’épidémie de MVE a ralenti ce mouvement pendant environ une année. Ralenti, mais pas complètement arrêté. En effet, à partir de janvier 2015, ce long processus a été poursuivi dans le cadre des efforts de la relance socio-économique fournis par le Gouvernement guinéen. Après les 2 consultations nationales organisées au premier trimestre de cette année, une réunion présidée par le Ministre d’Etat en charge de l’Economie et des Finances a permis, le 16 juin 2015, de valider la nouvelle politique nationale de santé, le PNDS 2015-2024, ainsi que le Plan de relance et de résilience du système de santé 2015-2017 (PRRSS) correspondant aux 3 premières années du PNDS. Cette réunion regroupait les principales parties prenantes nationales et internationales du secteur de la santé guinéen, y compris les représentants de la société civile, les organisations non-gouvernementales, les agences bilatérales et multilatérales. Ces derniers ont, à cette occasion, manifesté leur volonté de soutenir le PRRSS et d’inscrire leurs interventions dans ce cadre afin de soutenir les efforts du ministère pour stopper l’épidémie de MVE, de soutenir le système de santé notamment dans sa composante opérationnelle (districts et régions sanitaires) et de renforcer la gouvernance sectorielle. C’est ce plan qui a servi de base dans le cadre de la mobilisation des fonds, notamment à New York en juillet 2015.
Dans ce but, trois ateliers ont été organisés à Kindia en septembre-octobre 2015. Ils avaient pour objectifs de lancer l’élaboration des plans sanitaires des 38 districts et des 8 régions du pays, du plan de suivi et évaluation du PNDS 2015-2024 et du compact national dans le cadre de l’IHP+. Il regroupait plus de 40 participants venant des différents niveaux du système de santé ainsi que des partenaires du secteur, nationaux ou internationaux.
Une fois ces plans élaborés, le défi que devra relever le ministère de la Santé dans les mois qui viennent relève autant [1] de la définition d’un mécanisme pour l’acheminement des fonds sur lesquels les partenaires techniques et financiers se sont engagés lors des réunions internationales tenues ces derniers mois pour la reconstruction socio-économique des 3 pays affectés par la MVE, que [2] de la résolution des nombreux problèmes (carence des ressources humaines, approvisionnement déficient des médicaments essentiels, surveillance des maladies à potentiel épidémique, prévention et contrôle des infections, etc.) empêchant le système de santé de prester valablement les services et les soins de qualité dont la population a besoin pour retrouver sereinement le chemin des centres de santé et des hôpitaux du service public guinéen.
Il est actuellement prévu d’organiser une revue annuelle conjointe du secteur de la santé en janvier 2016.