Une Opportunité pour le Tchad

Une jeune Tchadienne dans un centre de jeunesse à Moundou, au Tchad.  UNICEF/P. Estve

En cette année 2014, le Tchad,  pays enclavé  d’environ 12 millions d’habitants avec des défis de santé majeurs, bénéficie d’une opportunité sans pareil sur le plan du renforcement du système de santé (RSS). 40 millions de dollars au total sont prévus dans le cadre des financements de l’Alliance GAVI et du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria.

Le Plan National de Développement Sanitaire du Tchad (PNDS2) adopté en 2013, issu des 23 plans régionaux de développement sanitaire, s’inscrit dans la droite lignée du Plan National de Développement et de la Politique nationale de santé. Il constitue à la fois un guide pour la mise en œuvre des activités sanitaires jugées prioritaires dans le pays, un cadre de référence pour le suivi et l’évaluation et une base de dialogue entre les acteurs du secteur de la santé au niveau national, régional et international.

Le partenariat UE-Luxembourg-OMS, après avoir appuyé l’élaboration du PNDS2, joue la carte de la complémentarité  pour le renforcement du système de santé. Le partenariat  met autour de la table les différents programmes de lutte contre les maladies afin de les inciter à unir leurs efforts.

Ce travail a débuté par une priorisation des problématiques relevées dans le PNDS2, et dans chaque plan stratégiques nationaux de lutte contre le paludisme, la tuberculose, et  le VIH/SIDA ainsi que celui de la vaccination. Ces priorités ont été classées en 5 domaines: l’information sanitaire, l’approvisionnement en médicaments, le renforcement des activités à base communautaire, les ressources humaines et la gouvernance. Ces axes regroupent les principales entraves identifiées par le Ministère de la santé du Tchad à l’atteinte de résultats en matière de lutte contre les trois maladies et de vaccination.

Dans un second temps, au regard des priorités de financement définies par le Fonds mondial et GAVI, les interventions prévues dans les plans nationaux ont été harmonisées afin d’élaborer un schéma d’actions pour le RSS au Tchad. Cette approche systémique et intégrée englobe les besoins des programmes précités, avec un accent particulier sur la santé de la reproduction, de la mère,  du nouveau-né et de l’enfant.

La présence concomitante à N’Djaména en Juillet 2014 a permis à l’OMS dans le cadre de son partenariat avec l’Union Européenne et le Luxembourg de renforcer le plaidoyer entre les différents acteurs nationaux et internationaux en faveur de cette approche.  La soumission des demandes auprès des deux organisations financières devraient se faire avant la fin 2014.

Laissez un commentaire

6 + 3 =