Session sur le dialogue de politique de la santé par le Partenariat au 3ème Colloque Mondial sur la Recherche des Systèmes de Santé se termine avec une éloge de l’OMS

  

Le partenariat UE-Luxembourg-OMS sur la Couverture Sanitaire Universelle (partenariat CSU) a organisé une session intitulée “Dialogue politique: Rendre la planification de la santé nationale plus centrée sur la population en impliquant les individus, les familles, les communautés et les prestataires de services dans le processus de prise de decision du secteur de la santé” durant le 3ème Colloque Mondial sur la Recherche des Systèmes de Santé (1-3 Octobre 2014). Tous les 2 ans, ce colloque (qui s’est tenu à Cape Town en Afrique du Sud cette année), rassemble plus de 1,500 chercheurs, décideurs, représentants de la société civile et praticiens pour discuter et débattre sur l’amélioration des systèmes de santé.

Le Partenariat a été honoré d’avoir l’éminent Timothy Evans, Directeur du Département de la Santé, Banque Mondiale, pour la modération du débat ouvert au style Forum Economique Mondial. Dr. Evans mena avec succès un public engagé dans un débat animé.

En raison de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, l’intervenante Dr. Agnes Soucat, Directrice du Développement Humain à la Banque Africaine du Développement, a dû annuler et a été habilement remplacée par son principal économiste de la santé, le Dr. Caroline Jehu-Appiah, qui a souligné qu’“obtenir la participation de toutes les couches de la société pour le dialogue politique est la partie facile. Obtenir une participation significative et qualifiée est beaucoup, beaucoup plus difficile; les relations et les capacités sont construites au fil du temps.”

Un point de vue de pays convaincant a été présenté par le Dr. Gail Andrews, Conseiller du Directeur Général de la Santé en Afrique du Sud. Elle a souligné la nécessité d’avoir une solide base de données pour le dialogue politique, même si les questions sont de nature politique. Dr. Andrews a raconté l’exemple de l’Acte de 1996 sur le Choix de l’Interruption Volontaire de la Grossesse, qui a libéralisé sensiblement la loi sur l’avortement en Afrique du Sud, permettant l’interruption de la grossesse sur la base du choix de la femme; elle a ainsi démontré qu’un sujet hautement politique avec une forte opposition peut être débattu avec des preuves concrètes ainsi qu’avec des motifs de droits humains, et qu’une solution peut être trouvée.

20140929_160508

Dr. Dela Dovlo, Directeur des Systèmes de Santé, Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique, a applaudi le travail du Partenariat CSU dans les 19 pays cibles et a donné des exemples saillants de différents types de dialogue politique. Dr. Sam Kunii, Directeur de la Stratégie, Division des Investissements et d’Impact du Fonds Mondial de Lutte Contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme, a présenté la perspective des initiatives mondiales pour la santé et l’influence considérable qu’ils apportent dans les processus de dialogue politique pour les pays dépendants de l’aide. Dr. Evans referma la discussion animée en remerciant l’OMS pour avoir travaillé en étroite collaboration avec les bailleurs de fonds pour permettre le financement du Partenariat CSU. Il a reconnu le caractère nébuleux et difficile du dialogue politique et la question encore plus difficile de démontrer des résultats clairement définis – une raison pour laquelle les donateurs ont tendance à éviter d’investir dans ce domaine.

Dans l’ensemble, la séance a été considéré comme un succès retentissant; l’OMS continuera à diffuser le travail du Partenariat CSU à travers des forums similaires et vous tiendra au courant par le biais de ce portail web.

Laissez un commentaire

2 ÷ 1 =