Le Colloque International sur la Couverture Sanitaire Universelle: Renforcement des systèmes de santé et financement durable

  

Un an après l’adoption du nouvel Agenda des Nations Unies post-2015, le dialogue ODD met en lumière la Couverture Sanitaire Universelle (CSU). La cible 3.8 porte spécifiquement sur le fait que la CSU mobilise la communauté mondiale de la santé à sa réalisation. Un sujet que la directrice générale de l’OMS, Margaret Chan, a défini comme “le concept le plus important que la santé publique a à offrir.”

Pour sensibiliser le public et pour faire avancer le débat sur la CSU, le Ministère de la Santé de la République Démocratique Populaire du Lao (PDR), en collaboration avec l’Université de Nagoya au Japon, a organisé le Symposium international sur la CSU, qui s’est tenu les 13 et 14 juin 2016 au National Convention Centre à Vientiane Capital. Le symposium a placé le renforcement des systèmes de santé et le financement durable vers la CSU au cœur de son programme.

La République Démocratique Populaire du Lao s’est engagée dans la mise en œuvre de la CSU et, en novembre 2015, a été le 20ème pays à adhérer au Partenariat UE-OMS-Luxembourg pour la Couverture Sanitaire Universelle (P-CSU). Grâce à ce partenariat, le bureau de pays de l’OMS pour la RDP Lao a appuyé le symposium en offrant la participation de son personnel technique en tant que modérateurs et panélistes lors de diverses sessions. Afin d’améliorer la visibilité et la participation internationale au Symposium, le Partenariat CSU a également financé le service de traduction qui a permis la participation active au débat des Ministères de la Santé de la Thaïlande, du Cambodge, de la Malaisie, du Myanmar, des Philippines et de l’Indonésie.

Le symposium de deux jours a porté sur trois aspects fondamentaux de la CSU:

1. La couverture de la population;
2. Prestation de services de qualité, y compris des ressources humaines qualifiées, et enfin;
3. La protection financière.

Ces sujets sont étroitement lies; assurer un équilibre entre eux est clé. Plus précisément, la nécessité d’équilibrer la couverture approfondie avec la protection financière et l’amélioration de la prestation des services a été reconnue. Si les services ne sont pas disponibles, accessibles ou appropriés, les gens ne peuvent en bénéficier, même s’ils en ont droit.

 La qualité des services de santé est un facteur déterminant pour leur utilisation. À cet égard, la République Démocratique Populaire du Lao continue de s’attaquer à cette question fondamentale sous quatre angles différents et complémentaires:

1. Planification et prestation de services appropriés et réactifs;
2. Ressources humaines multidisciplinaires et interconnectées;
3. Disponibilité d’équipements et de médicaments;
4. Forts mécanismes de réglementation, de suivi et de gouvernance.

L’amélioration de ces piliers est en effet liée à la mobilisation de nouvelles ressources et à leur allocation sur un processus fondé sur l’équité, guidé par la prise de conscience que chaque groupe social a des besoins distincts.

Le financement de la santé et des ressources humaines pour la santé dans le cadre de la promotion des CSU continuera d’être l’objet du partenariat lors des réunions de suivi et dans le contexte d’un futur atelier national en RDP Lao. Cet atelier national sera convoqué par le Ministère de la Santé plus tard dans l’année et vise à être une continuation du Symposium international visant à construire la réactivité et la compréhension sur la CSU en RDP Lao.

Tout en reconnaissant les problèmes régionaux et nationaux liés aux CSU, les propos de clôture de l’OMS lors du Sommet ont été dirigés vers la communauté internationale. Lors de son dernier discours, le Dr. Juliet Fleischl, représentante de l’OMS, a présenté un message sur les objectifs généraux de la CSU: l’équité et la protection financière.

 Selon le Dr Fleischl, “ces deux facteurs font de la CSU un objectif vraiment puissant pour le secteur de la santé. Ils évoluent au-delà de la prestation des services de santé et de l’équité sociale et de la justice. En tant que tel, les CSU ne signifient pas seulement une protection financière, mais un accès équitable à des services de santé essentiels et de qualité. La réussite et la durabilité des CSU dépendent davantage de l’esprit d’engagement des agents de santé, de la prise en charge par les populations, et des systèmes de bonne gouvernance.”

Laissez un commentaire

60 − 57 =