Un plan participatif en faveur de la santé communautaire

Community Health Strategic Plan (PSSC) drafting workshop, 17 Mars, Tchad.   Photo: Bureau National OMS

Avec  la date limite des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) approchant à grands pas, les négociations s’intensifient par rapport à la finalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD), prévue pour Septembre de l’année en cours. Alors que le processus de formulation des OMD avait été critiqué par beaucoup pour son approche perçue comme ‘top-down’, les négociations en cours cherchent à inclure les voix de multiples acteurs et de communautés du monde entier afin d’assurer que chaque objectif de développement post-2015 soit ancré dans les réalités locales.

C’est dans ce contexte que le Dr Rohingalaou Ndondo, Directeur Général pour les opérations de santé au sein du ministère de la Santé du Tchad (MSP), a rappelé à son auditoire, dans son discours d’ouverture à un atelier multipartite, l’importance de l’institutionnalisation de la participation communautaire dans le secteur de la santé : “Sur le plan international, un momentum s’est définitivement dégagé pour la prise en compte des aspects communautaires dans tous les projets de santé.,” a déclaré le Dr Ndondo. “Notre pays, le Tchad, ne peut continuer à rester en marge de cet élan mondial.”

L’atelier a été organisé par le Ministère de la Santé 17-19 Mars au Tchad, avec l’appui des partenaires au développement, y compris le Partenariat UE-LUX-OMS sur la Couverture Maladie Universelle (CSU).

Plus de 40 participants provenant d’institutions diverses telles que des organismes de santé nationaux, des organisations de santé communautaires et des partenaires de développement, ont été invités par le ministère de la santé à contribuer activement “sans complexes et fausse modestie” ( Dr Ndoundo) au développement du Plan Stratégique de Santé Communautaire (PSSC) 2015-18.

Visant à opérationnaliser la Stratégie Nationale de Santé Communautaire du Tchad, adoptée à la fin de 2014, le PSSC sera piloté dans 10) régions sanitaires sur 23, avant une possible mise à l’échelle pour couvrir toutes les régions du Tchad prévue pour une phase ultérieure de cinq ans (2019 -23).

Des débats francs et passionnés

Durant les trois jours de l’atelier, toutes les parties prenantes eurent l’opportunité de partager leurs réflexions sur les interventions prioritaires de santé communautaire selon les quatre axes stratégiques identifiés dans la Stratégie Nationale de la Santé Communautaire, à savoir: (i) amélioration de l’accès aux services de santé communautaires de qualité, (ii) le renforcement des capacités des acteurs de la communauté de la santé, (iii) le renforcement de la participation communautaire, et (iv) l’amélioration du leadership et de la gestion des services de santé communautaires.

Des débats francs et passionnés ont surgi, dans une ambiance décrite par Dr Ndoundo comme “à la fois courtoise, studieuse et prolifique”, sur un large éventail de questions clés autour du plan, y compris, entre autres : la durée du plan; les critères de sélection des régions pilotes / zones; la réforme des structures de gouvernance de la santé communautaire tant au niveau local qu’au niveau national; la standardisation et amélioration des mécanismes de participation de la communauté, ainsi que du recrutement, de la formation et de la motivation pour les agents de santé communautaires.

Des réflexions ont également été faites sur ce qui était considéré comme les principales lacunes du plan, telles que l’absence d’une proposition pour les activités de recherche appliquée sur la santé communautaire.

Un document phare

Les discussions ont abouti à la finalisation d’une première esquisse du plan qui met en relief les interventions prioritaires recommandées pour chacun des quatre domaines stratégiques. Le plan sera soumis à un atelier national d’adoption au courant du mois de juin.

« Grâce à votre clairvoyante contribution … nous venons de poser – sans conteste – un jalon important dans le processus de construction d’une santé communautaire pertinente et dynamique au Tchad », a déclaré Dr Ndoundo dans son discours de clôture.

Marqué par un langage franc et pragmatique, le plan adopté reflètera la consultation multipartite et le processus participatif sur lequel il a été basé. La plupart des commentaires et contributions faites lors de la réunion en Mars par les parties prenantes ont été prises en compte: les questions en suspens en matière de gouvernance de santé communautaires ont été abordées; les rôles et responsabilités, le recrutement et la formation des agents de santé communautaires ont été redéfinies; les indicateurs de suivi de performance clés ont été établis et, peut-être le plus important: un calendrier d’activités budgétisées a été élaboré pour tracer sa mise en œuvre entre 2015 et 2019.

Si la version finale du plan, qui devrait être officiellement lancé aux courant du mois de juin, fait suite à ces résultats, il pourrait bien devenir un document phare pour la participation communautaire dans le secteur de la santé au Tchad.

Laissez un commentaire

5 ÷ 5 =