Appui à l’Elaboration d’une Stratégie de Financement de la Santé au Burkina Faso

  UN Photo Bank Eskinder Debebe

Le leadership de l’OMS au Burkina Faso a conduit peu à peu à la convergence vers un appui conjoint au gouvernement pour l’élaboration d’une stratégie nationale de financement de la santé pour la couverture universelle, ainsi qu’au développement de la loi  (Régime d’Assurance Maladie Universelle) adoptée en Avril par le Conseil des Ministres. L’OMS a contribué à l’élargissement de la vision du Ministère de la Santé sur la problématique du financement afin qu’elle ne se limite pas à la mobilisation de ressources, mais soit envisagée de façon systémique.

Le projet de loi RAMU vise à mettre en place un cadre juridique nécessaire à l’opérationnalisation de l’assurance-maladie au Burkina Faso, à étendre la protection sociale et à favoriser l’accès des populations aux soins de santé. Le décret permet, entre autre, une visite médicale annuelle gratuite au profit des retraités.

Pour la stratégie nationale, l’OMS a porté les discussions dans le cadre des rencontres du groupe « Partenaires Techniques et Financiers (PTF)/santé » où les échanges se sont focalisés sur le sujet de l’accès financier des populations aux services et les stratégies de  financement global de la santé au Burkina Faso.

En effet, de nombreux PTF ou organisations non-gouvernementales impliqués dans des mécanismes particuliers d’appui ou investis sur des problématiques spécifiques ont apprécié le leadership de l’OMS dans la régularité et la richesse des échanges du partenariat sectoriel.

L’appui de l’OMS au Ministère de la fonction publique, du Travail, et de la Sécurité Sociale a souvent été orienté vers un dialogue de meilleure qualité entre celui-ci et le Ministère de la Santé ou encore le Ministère de l’économie et des Finances. Ils ont élaboré un document de projet pour la mise en œuvre du RAMU sous forme de projets pilotes (plan d’actions à 3 ans), intégrant l’élaboration des hypothèses financières (coût et financement / panier de soins), l’identification des zones et l’exécution du processus dans le secteur informel desdites zones.

 Jusqu’à maintenant, l’absence d’une stratégie de financement de la santé limitait l’impact des initiatives d’amélioration de l’accès financier des populations aux prestations de services. Au Burkina Faso, plusieurs initiatives publiques et privées ont été entreprises pour améliorer l’accessibilité aux soins de santé. Mais l’absence de coordination, de complémentarité et de synergie entre ces initiatives limitaient leur impact sur la réduction des dépenses directes de santé des populations.

Laissez un commentaire

84 ÷ 4 =